Les Boys de Girls

Le nom de la série parle de lui-même: Girls, ça parle des filles. De la vie des filles. Des histoires d’amour des filles. Des hormones des filles. Des complexes de filles. Des merdes de filles.

Après Sex and The City où Carrie nous raconte ses histoires d’amour d’une manière très propre et épurée, Hannah Horvath nous raconte ses débauches sexuelles, amicales et tout simplement, la vie d’une fille de 25 ans perdue dans le grand New York. Tout cela, sans aucun tabou. Girls ne fait pas rêver. Ça nous ramène plutôt sur terre.

Adieu les clichés de la femme parfaite, mince et belle. Lena Dunham incarne la fille normale, mal dans sa peau mais qui s’assume tout de même. Constamment à la recherche d’un travail et torturée par ses anciens démons. Au revoir les filles péroxydées qu’on a toujours détestés. Aujourd’hui, on se retrouve dans le personnage de Hannah, on veut qu’elle réussisse. Et pourquoi? Parce qu’on est comme elle. Et en dehors de ça, de quoi se nourrit une fille pour prendre confiance en elle?

DES MECS!

Et dans Girls, on est servi. Les mecs ont tous un rôle spécifique. Ils ne sont pas là pour faire jolie et combler un fantasme. Au fur et à mesure des trois saisons, les hommes s’installent, et comptent bien rester dans cette dramédie signée HBO.

1526411_10152289050275619_1880781169_n

Une petite présentation s’impose:

Le premier “boy” de la série, c’est Charlie (Christopher Abbott), le petit-ami de Marnie. Sous leurs airs de couple parfait, Marnie n’a qu’une envie, LE QUITTER. Et oui, parce que ça ne suffit pas d’être beau quand à côté, on sort avec une fille tordue qui n’aime que les bad boys! Il faut savoir raviver la flemme, la faire craquer quand il faut, chercher la petite bête qui la fera sortir de ses gonds. Entre les deux, c’est “suis-moi, je te fuis, fuis-moi, je te suis”. Marnie, en bonne “girl” qu’elle a, va se mordre les doigts de l’avoir laissé filer, et à quel prix?

Adam-Hannah-adam-and-hannah-32915058-1135-667Girls s’ouvre sur une Hannah perdue, en quête du grand amour. Son manque de confiance en elle va la mener jusqu’à Adam (Adam Driver), un jeune acteur “raté”, accro au sexe, ancien alcoolique. Hannah va se perdre dans les délires sexuels du jeune garçon, de plus en plus tordus, sans se rendre compte qu’au moment où elle décide de prendre sa vie en main et de le quitter, celui-ci tombe amoureux d’elle. Adam et Hannah forment le couple central de la série. Tous les deux représentent le couple moderne: engueulades, crises de nerfs, doutes, jalousie, extase, et tant d’autres. Ils se sont tellement bien trouvés, qu’on se demande quand est-ce que ça va exploser!

‘I don’t want to freak you out, but I think I may be the voice of my generation.’ – Hannah Horvath

ray-1024Puis il y a Ray (Alex Karpovsky). Ray, est un ami de Charlie, d’une trentaine d’années. Il n’a pas un physique forcément avantageux mais il est très attachant et touchant car il est très naïf. C’est Shoshanna qui va craquer, du haut de ses 20 ans. Cette relation va tous les deux les changer. Shoshanna va mûrir (et c’est pas du luxe) et Ray va apprendre à s’occuper d’une femme. Il va découvrir un nouveau monde et s’ouvrir à l’extérieur au lieu de rester dans sa coquille. Ray reste, quoiqu’il en soit discret, tout en sachant se faire entendre. C’est la sagesse incarnée.

Arrive alors un retardataire: Elijah (Andrew Rannells), l’ex petit ami de Hannah. Seulement voilà, après des retrouvailles chaleureuses et une Hannah entreprenante, Elijah lui annonce qu’il est gay. Ce personnage mineur, à priori, va avoir un impact important sur la vie de Hannah. On ne  peut pas s’empêcher de penser à Stanfort Blatch, le meilleur ami de Carrie dans Sex and The City, “the fifth lady”. Cependant, il est un petit peu plus malsain et vicieux que Stanford, ce petit ours en sucre. Elijah est de plus en plus présent dans la vie de Hannah, étrangement, souvent quand elle ne va pas bien. C’est son bras droit, son conseiller, son épaule sur laquelle pleurer.

La troisième saison est décisive pour les garçons de Girls. Jusqu’à présent, les filles s’entendaient bien et n’avaient pas réellement besoin d’eux. Mais maintenant que les filles s’éloignent, grandissent et mûrissent, les hommes sont omniprésents et jouent un rôle crucial.

Un homme est souvent source de conflits entre deux femmes. Ici, ce n’est plus un conflit, mais une guerre qui est déclarée entre les quatre filles et dans laquelle les hommes sont à la fois la source et dans laquelle ils doivent aussi survivre. On compte sur eux.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: