The Pirouettes: innocence et innovation sonore

Vickie Chérie et Leo Bear Creek, respectivement 22 et 23 ans, sont en couple depuis la classe de terminale et forment The Pirouettes. Entre les Rita Mitsouko et La Femme, ils dessinent une vision de la vie de manière aérienne et innocente. Après un an et demi de travail, c’est avec leur premier album “Carrément Carrément” que ces deux artistes prouvent qu’ils maitrisent la musique avec brio. Digne d’une bande originale d’un film de Xavier Dolan et produisant des sons dont le groupe The Knife pourrait être fier – en effet, si l’on regarde le clip de “2016 (en ce temps-là)” cela fait penser à cette fameuse scène dans la nature des Amours Imaginaires où Marie tente de partir tant bien que mal perchée sur ses talons – ce duo perce la nouvelle scène française sans aucune fausse note.

Grâce à l’omniprésence du “Je”, The Pirouettes nous font découvrir et nous accueillent dans leur monde sans aucun artifice, notamment grâce à des clips musicaux tout en originalité et en simplicité.

Quels sont les artistes dont vous vous inspirez ?

Il y en a plein !
Au début du groupe on découvrait la chanson française des années 80, Elli et Jacno, Etienne Daho, ou encore Yves Simon. Ça nous a énormément influencé. À côté de ça on a toujours écouté de la musique plus contemporaine. On est fan des Moldy Peaches, de The Knife, de Daft Punk, et ou des groupes de la nouvelle scène pop française comme Perez, Cléa Vincent ou Paradis. On écoute beaucoup de rap francophone aussi Booba, Alkpote, Hamza…

De quoi vous inspirez-vous pour écrire ?

Des situations de la vie quotidienne, des relations amoureuses, des films qui nous marquent…

Comment départagez-vous votre travail ? 

C’est moi (Leo) qui compose les instrus en général. Ensuite on cherche des mélodies de voix et des paroles ensemble. On fait ça à la maison quand on trouve le temps.

Les paroles de vos chansons sont très honnêtes et vraies (je pense à Oublie moi), est-ce que c’est autobiographique ? 

Oui « Oublie moi » est une chanson autobiographique, ou en tout cas inspirée de peines de coeur passées.
L’honnêteté est un but à atteindre dans nos paroles. Si les gens sont touchés par nos textes c’est justement parce qu’on essaye d’être le plus sincère possible je pense.

Comment imaginez-vous vos clips ?

Pour les clips on laisse carte blanche aux réalisateurs. On a la chance d’être entourés de plein de cool vidéastes. Je pense à Kevin Elamrani-Lince, Victor Poullain ou même Vickie qui a réalisé le clip de « L’escalier ». Il n’y a pas trop de règle à part qu’on n’est pas fan des clips narratifs.

a%cc%82-louise-desnos
The Pirouettes – Crédit photo: Louise Desnos


Pourquoi “The Pirouettes”? D’où vient ce nom?

C’est mon frère Ben Lupus (avec qui je joue dans Coming Soon) qui a eu l’idée du nom. Il savait qu’on était en couple depuis peu et il voyait dans The Pirouettes une connotation sexuelle un peu comme si on s’était appelés « The Galipettes ».

Quel est l’objet qui ne vous quittera jamais? Que vous emmenez tous les jours avec vous? Qui vous inspire peut être?

On a chacun une petite pierre précieuse qui nous porte chance. Sinon Vickie ne sort jamais sans sa coque d’iPhone Totoro.

Votre artiste préféré ?

Leo : C’est difficile d’en choisir un seul… Là aujourd’hui j’ai envie de dire Michel Berger.
Victoria : Le réalisateur Robert Altman.

Quels sont vos projets pour le moment ? Pour le futur ?

Pour le moment on doit défendre sur scène notre album. On espère tourner en janvier et peut-être faire les festivals cet été. Et surtout on aimerait aller jouer à l’étranger !

Votre concert à la Maroquinerie est complet le 5 octobre, est-ce que vous vous y attendiez ?

On s’y attendait un peu pour la première oui (celle du 5 octobre) car on a l’habitude de remplir les salles à Paris. Mais on s’attendait pas du tout à ce que la deuxième (celle du 5 janvier) se remplisse aussi vite. Elle était complète avant même que la première ait lieu !

 

Clip musical de “L’escalier” réalisé par Vickie.

Leur deuxième concert est donc prévu pour le 5 janvier, à la Maroquinerie à Paris.

Nina Lecourt-Neuman

One Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: