THANK GOD IT’S FRIDAY – La playlist du vendredi

“Vendredi, c’est raviolis !” Oui mais pas que ! Aujourd’hui, c’est aussi le jour de la playlist pour commencer le week-end en beauté avec 10 artistes. Ils méritent un tonnerre d’applaudissements pour leur talent comme pour leurs mélodies qu’on écouterait jusqu’au bout de la nuit, que ce soit dans la voiture, dans un bar ou tout simplement, au fond de son lit. De la musique française aux groupes emblématiques de toute une génération, il y en a pour tous les gouts,et toujours dans la bonne humeur!

On les entend dans le film Toute Première Fois de Noémie Saglio et Maxime Govare avec Strange Country. Dernièrement sur scène aux Trois Baudets, Nuits Blanches, c’est la rencontre et l’univers mélodique de Mathieu Lamboley et Lise Meyer. Explosifs, ils vont vous faire rêver et vous offrir une belle parenthèse poétique, où que vous soyez. Ils travaillent actuellement sur leur premier EP.

Il est passé de Saragosse à Barcelone, nous a offert une magnifique Nuit Blanche 2016 (comme quoi, c’est un leitmotiv) mais après la sortie de son clip LOVE, c’est accompagné des Cosmic Cyclops que Julien Ribot revient avec des mélodies entrainantes et psychédéliques. Ribot signe également l’univers graphique – très proche de celui de Yellow Submarine des Beatles – qui accompagne sa musique, tout comme dans le clip de Néon Juju ou encore Do You Feel 9?

Pas besoin d’aller plus loin que les premières notes: ce sont bien les enfants des Rita Mitsouko que vous entendez. En plus d’avoir leur look, ils ont leur talent et les parents peuvent être fiers de leur progéniture. C’est pas un hasard s’ils font partie des révélations scène des Victoires de la Musique 2017.

C’est un univers qui nous propulserait presque dans l’Angleterre des années 60 aux côtés de Paul, Ringo, George et John tout en s’asseyant sur les genoux d’Alain Bashung. Elle a une voix claire, qu’elle arrive à modifier au cours des notes et lors de la succession des instruments. A découvrir aussi: son nouveau clip Chevrotine.

Follow The Leader, ce n’est autre que le dernier clip du groupe, dont le dernier album ‘Hang’ est sorti en janvier dernier. Même s’ils ne sont pas tous jeunes et sont nés en 2005, Foxygen, c’est un peu la renaissance des New Radicals. Avec ce dernier clip, on retombe en enfance, on attend le printemps avec impatience et on s’imagine allongé dans l’herbe, une clope au bec. Pas d’souci, merci Foxygen et on se voit le 20 février au Trabendo!

  • WHITE – Private Lives

Après le sensationnel Living Fiction ou encore Future Pleasures, ce groupe écossais ne cesse de se renouveller, que ce soit dans le genre musical comme dans la création de leurs clips. Le dernier morceau de leur EP “Cuts That Don’t Bleed” s’intitule Private Lives, et nous fait plonger dans le monde totalement barré de ce groupe hors du commun.

WHITE passent en concert le 24 mai à La Boule Noire à Paris alors courez prendre vos places.

Goldfrapp is back ! Tout en gardant la musicalité qu’on lui connait, Alison Goldfrapp et Will Gregory reviennent plus qu’en forme avec des sons plus électroniques, tout en se mettant en scène dans des clips toujours aussi travaillés. Anymore, c’est le premier EP du septième album du groupe, ‘Silver Eye’ qui sortira le 31 mars 2017.

Chez Deluxe, tout réside dans la moustache… et l’accord parfait entre la voix de LiliBoy et l’instru de ses acolytes Pietre, Pépé, Soubri, Kaya et Kilo. Par ailleurs, leur #stachetour2017 a commencé hier avec un premier concert à Epinal et continue tout au long de l’année aux quatre coins de la France. Une tournée bien méritée pour ce groupe funk-jazz-hip hop !

Pour tous les nostalgiques de One Tree Hill ou The OC, Jesse Macht nous ramène dans cet univers musical de nos séries d’ados grâce à cette patte créative qui lui est propre. Une voix d’ange, innocente, et des instruments qui ne connaissent pas encore les machines électroniques. Les images du clip accompagnent le musicien dans ce monde sans artifice.

  • JojiYou Suck Charlie

Enfin, sous le nom de Joji ou celui de Pink Guy, cet artiste nous emmène dans un monde entre le RAP US des années 90 et celui du blues des années 50. Malgré des paroles pas toujours très heureuses, Joji arrive à faire sourire de par des notes chaleureuses!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: