Comédies musicales – Il n’y a pas que La La Land, et heureusement !

Hier, La La Land a presque gagné l’Oscar du Meilleur Film. Dommage. Mais Damien Chazelle ne repart pas bredouille. Le film rafle tout de même l’Oscar de la Meilleure Actrice pour Emma Stone, celui du Meilleur Réalisateur, de la meilleure musique de film pour Justin Hurwitz et celui des meilleurs décors! Sans compter les innombrables Golden Globes!

Lorsque Sebastian s’imagine ce que sa vie aurait pu être s’il n’avait pas ignoré Mia lors de leur première rencontre, cela n’est autre qu’une pâle copie de cette merveilleuse scène entre Gene Kelly et Cyd Charrisse dans Chantons sous la Pluie. La musique qui rythme les mouvements de ces hommes, les moments de leur vie et les réflexions que cela peut provoquer. La musique accompagne aussi le changement de couleur, qui traduit lui aussi un changement d’émotions chez nos deux personnages. Et oui, malgré tous ses Oscars, La La Land n’est pas le premier film dont la musique berce les images, loin de là. Revenons donc sur ces comédies musicales classiques, drôles, funky, terrifiantes, mais surtout, indémodables…

  • ETATS UNIS – Anchors Aweigh – George Sydney (1945) / Direction musicale: George E. Stoll

A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le talent de Frank Sinatra et Gene Kelly abonde les écrans avec des musiques entrainantes et rythmées. Deux marins arrivent à New York pour seulement quelques jours et ces deux-là ont bien l’intention de rencontrer des femmes et vivre une courte mais intense idylle. Évidemment, la musique les mèneront là où ils ne pensaient jamais atterrir. Ils ont même réussi à faire danser le petit Tom, un roi bien triste à qui Gene Kelly va apprendre à chanter et danser.

  • ETATS-UNIS – Chantons sous la pluie (Singing in the rain) – Gene Kelly, Stanley Donen (1953) / Direction musicale : Arthur Freed, Nacio Herb Brown, Lennie Hayton

A travers cette histoire de l’avènement du cinéma parlant, Gene Kelly et Stanley Donen utilisent la voix et la musique pour mettre en avant cette période importante de l’histoire. Tout le monde à l’époque n’était pas capable d’être comédien parlant… Et c’est tout en chantant que les personnages font vivre cette histoire du cinéma, cette histoire d’amour entre le son et l’image, entre le réel et l’imaginaire. Et même la pluie n’empêchera pas le grand Gene d’avancer.

  • FRANCE – Les demoiselles de Rochefort – Jacques Demy (1967) / Direction musicale: Michel Legrand

Pour une bouffée de bonheur ! Les deux jumelles Delphine et Solande enseignent la musique et la danse à Rochefort. Dans un espace-temps de 24h, les deux femmes nous emmènent au sein de leur quotidien, de leurs histoires amoureuses et tout cela à l’aide de chansons heureuses, pendant que la fête foraine de la ville s’installe petit à petit. Ici aussi, les marins sont à l’honneur.

  • ANGLETERRE – The Rocky Horror Picture Show – Jim Sharman (1975) / Musique: Richard O’Brien / Direction musicale: Richard Hartley

Adaptation en 1975 de la pièce éponyme mise en scène deux ans plus tôt, le film de Jim Sharman introduit de nouveau ce “Sweet Transvestite” de Transylvanie qui essaye de pervertir un jeune couple perdu en plein milieu de la nuit au milieu de nul part. Un peu comme dans le laboratoire de Frank Einstein, d’étranges événements vont se passer dans cet antre régit par cet homme des plus originaux et au final, si sympathique ! Si vous voulez vivre l’expérience du Rocky Horror Picture Show en live, le Studio Galande projette le film et offre un spectacle unique les vendredis et samedis soirs, tout cela, en musique!

  • ETATS-UNIS – Grease – Randal Kleiser (1978) / Directeurs musicaux: Jim Jacobs, Warren Casey, Michael Gibson

Ah… Kenickie! Grease, ce sont les premières histoires d’amour, la fierté d’un jeune garçon auprès de ses amis et la passion d’une jeune fille pour son amour de vacances. Alors qu’ils n’arrivent pas à s’exprimer auprès de ceux qui les entourent, les deux jeunes gens vont donc utiliser la musique pour faire passer des messages d’amour sans en avoir l’air… Mais aussi danser sur des voitures, sur des bancs de terrain de foot et aussi mettre des perruques ou même faire des figures de gymnastique à la danse de l’école. Le classique des années 70 qui berce encore l’adolescence de beaucoup de jeunes.

  • ETATS-UNIS/AUSTRALIE – Moulin RougeBaz Luhrmann (2001) / Direction musicale: Craig Armstrong, Marius de Vries, Anu Malik

Sur les toits du cabaret Moulin Rouge à Montmartre, un jeune poète, Christian (Ewan McGregor) et la meneuse de revue du cabaret, Satine (Nicole Kidman) se tournent autour en musique. Alors qu’ils tombent amoureux, ces derniers vont devoir essayer de sauver le cabaret de son investisseur principal, lui aussi fou amoureux de Satine. La musique, en quelque sorte, les protège de tout ce qui les entoure et pourrait les atteindre.

  • FRANCE – Les chansons d’amour – Christophe Honoré (2007) / Musique originale: Alex Beaupain

Louis Garrel retrouve Ludivine Sagnier dans ce film musical de Christophe Honoré pour le plus grand bonheur des aficionados de Paris. Au milieu de la capitale, Louis Garrel va chanter sa détresse après la mort de sa petite amie et essayer de comprendre ce qui lui arrive et surmonter sa peur de la solitude grâce aux gens qui l’entourent. Une ode à l’amour et au bonheur au milieu de toute cette tristesse.

  • IRLANDE – Once – John Carney (2007) / Direction musicale: Glen Hansard, Markéta Irglová

Sept ans avant New York Melody, en Irlande, John Carney réalisait Once, cette histoire entre un musicien de rue qui vient de se faire quitter par sa petite amie, et une jeune immigrée qui chante et joue du piano. Les deux protagonistes vont alors composer et jouer de la tous les deux. Une autre manière de communiquer.

  • ETATS UNIS – New York Melody (Begin Again) – John Carney (2014) / Direction musicale: Gregg Alexander

Alors que Greta débarque à New York avec son copain Dave après que celui-ci ait décroché un contrat dans une grande maison de disque, elle fait la rencontre de Dan, lui-même un ancien associé dans une maison de disque. Seulement, les deux se rencontrent alors qu’ils sont au plus bas: Dan vient de se faire jeter de sa société et Greta découvrir l’adultère de son compagnon… La musique ici libératrice, va les rapprocher, au plus grand bonheur de nos oreilles.

Et enfin… Pourquoi pas se repasser la BO de La La Land, encore une fois…

Evidemment, ils n’y sont pas tous, mais pour l’instant, il n’y a plus d’excuse pour ne pas passer une semaine en musique et dans la bonne humeur !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: