« Aujourd’hui » de Florent Sabatier, la peinture d’une société du non-dit

Dans le cadre du My Rode Reel 2017, Florent Sabatier dépeint dans « Aujourd’hui », une société parallèle dans laquelle être homosexuel est puni par la loi et être homophobe totalement normal. Tous les COS, ou Crimes d’Orientation Sexuelle, sont punis de la peine de mort. Si tu es découvert par le gouvernement, tu es arrêté et tué. Comme si l’histoire n’avait pas servi de leçon, tout se fait et se défait.

Alors que le court métrage commence avec un regard entre David et Matthieu, le spectateur ressent l’amour, la déstabilisation et l’interdit. « Aujourd’hui » est une histoire de regards, d’humanité mais surtout, de peur. Comment vivre tranquillement sachant qu’à tout moment, au moindre mot, au moindre échange, ta vie peut être renversée, détruite, seulement en étant toi-même.

Au moment où David va chez le médecin pour un rhume, un autre jeu de regards se met en place et le spectateur découvre qu’être homosexuel, d’après le spécialiste, est une « maladie » et « une déviance sexuelle », une scène qui a « troublé » Zac Andria, l’interprète de David. Pour en être sûr, il faut qu’il fasse un examen. Et comme pendant la Seconde Guerre Mondiale, il faut donc se cacher, rester discret, de peur d’être dénoncé.

D’un regard, tu es capable de comprendre ce que l’autre pense de toi. Ce jugement.

Florent Sabatier fait tomber le voile sur ces non-dits, ces peurs et la société d’aujourd’hui. Initialement intitulé « Backward » car il devait être monté à l’envers, ce court métrage est construit comme un compte à rebours, une bombe à retardement. Les premières images sont introduites par un pardon, un « je suis désolé » sincère, que le reste du film va découdre et analyser grâce aux inserts « 1 mois avant », « 1 semaine avant », « 1 jour avant » puis aujourd’hui. En l’appelant plus sobrement « Aujourd’hui », Florent Sabatier parle d’une réalité, malheureusement intemporelle.

Ce court métrage a été pensé bien avant les événements en Tchétchénie et pour ce jeune réalisateur, dont ce n’est pas le premier court métrage, ni le premier récit sociétal, « aucune personne ne devrait jamais avoir le pouvoir d’interdire à des gens de s’aimer. L’amour n’a ni couleur, ni religion, ni pays et chacun devrait pouvoir s’aimer comme bon lui semble sans vivre dans la peur d’être séquestré et torturé. »

Lors du tournage, Zac Andria a été traversé par plusieurs émotions et ajoute « J’ai, je crois, rencontré tout ce qu’un homosexuel a pu ressentir dans sa vie grâce à mon personnage, David. Le coup de foudre que l’on doit garder secret par peur d’être jugé, cette sensation de se sentir différent pour une simple attirance qui ne correspond pas au standard hétérosexuel ».

Florent Sabatier pendant le tournage de « Aujourd’hui ».

Alors on court voter pour “Aujourd’hui”!

Photos tirées du court métrage « Aujourd’hui »

Photo de Florent Sabatier tirée du Making of du film.

One Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: