SMILF, la série féministe devant laquelle tu vas prendre ton pied

Canal + Séries commence l’année en beauté avec SMILF, une série produite par le network américain Showtime. Extrêmement attachante, réelle et un tantinet provocante, elle nous fait passer d’un “Ah ok c’est cash” à “Encore un épisode et après je vais me coucher”…

Ecrite, réalisée et interprétée par Frankie Shaw, la série nous fait découvrir la vie de Bridgette, cette jeune mère célibataire de Boston qui doit prendre soin de sa famille plus qu’ils ne prennent soin d’elle. Avec son fils Larry, 2 ans, Bridgette doit faire face au 21ème siècle dans une Amérique déchirée entre les pauvres et les riches et se battre pour récupérer sa place dans la société. Dans un studio qui ne doit pas faire plus de 28m2 où elle élève et dort avec son fils, Bridgette fait le point sur sa vie.

Ainsi, après les MILF, les “Mothers I’d Like to Fuck”, Frankie Shaw introduit les SMILF, ces “Single Mothers I’d Like to Fuck” à l’écran – et pas celui sur lequel tu regardes PornHub – avec un gout prononcé pour la dérision et une odeur de provocation auxquels nous nous attachons extrêmement vite.

Un tabou aboli

A l’écran comme dans son écriture, Frankie Shaw n’a clairement peur de rien et n’hésite pas à exprimer à voix haute tout ce dont les mères célibataires n’osent pas parler à propos de leur vie. Sans vrai boulot, actrice à ses heures perdues, le personnage de Bridgette va détruire tous les clichés de la mère célibataire un à un en faisant un gros doigt à tous les a priori que les gens pourraient poser sur elle.

FrankieShaw2
Pas le temps de niaiser ! Source: @sho_smilf / Instagram

Masturbation, agressions, abandon, violence verbale comme physique, Frankie Shaw nous met face à nos plus grandes peurs mais à la réalité d’un monde où la situation des femmes est sous les feux des projecteurs.

Après l’affaire Weinstein, le mouvement Time’s Up, les femmes sont au centre de l’attention aux Etats-Unis et SMILF confirme que la situation de la femme n’est pas celle que l’on voit normalement à la télé mais une vision totalement erronée. Etre mère, est un boulot au quotidien, mais le seul pour lequel tu n’auras aucune rémunération si ce n’est le plus beau cadeau du monde… l’amour de tes enfants! Mais quand ce boulot te prend tout ton temps et t’empêche même de pouvoir bosser pour nourrir l’être que tu aimes le plus au monde, ça devient SMILF, la dramédie d’une vie.

Un féminisme maitrisé et honnête

Dans son honnêteté et son envie de peindre une réalité sans retouche photoshop, Shaw se joint à ces réalisatrices américaines qui défendent les droits des femmes et sont prêtes à se mettre elles-mêmes en avant pour faire passer leur message. L’égalité homme-femme étant ce qu’elle est aux Etats-Unis avec Donald Trump aux commandes, la jeune trentenaire, comme Lena Dunham avant elle avec Girls, élève la voix et met ses paroles en images pour choquer par la vue plus que par l’ouïe.

Ce n’est pas parce qu’on a un vagin qu’on doit devenir les parias d’une société machiste.

Grâce à des images simples et sans trop d’artifices, les images plongent le spectateur dans un monde sombre, triste, mais qui connait tout de même quelques moments de bonheurs. Les riches n’ont pas les mêmes couleurs que les pauvres, le travail se sépare de la narration sur la vie de mère, SMILF est une fable moderne sur la vie d’une femme moderne dans une société ancrée dans le passé.

Le projet d’une vie

En 2015, entre l’éducation de son fils et les auditions desquelles ne ressortirons que des petits rôle,Frankie Shaw décide de développer un projet semi autobiographique afin de désacraliser la vision de la maternité.

FrankieShaw
Frankie Shaw – Source: @frankieshawisag / Instagram

La genèse de la série commence avec SMILF le court métrage, présenté et récompensé à Sundance la même année. En développant son court en série de huit épisodes, Shaw s’autorise à donner différentes tonalités à son travail, à suivre la musique de la vie de Bridgette, le bordel qu’est sa vie, au jour le jour.

Par ailleurs, chaque épisode, marqué par la nourriture que Bridgette ingurgite, explore les différentes facettes de cette femme et passe d’images clairement osées et explicatives à une l’histoire d’une vie profondément touchante. C’est une série créée par une femme pour les femmes comme pour les hommes.

Déjà nominée pour un Golden Globes pour la meilleure série comique et dans la catégorie “Meilleure actrice dans une série télé” SMILF est diffusée aux Etats-Unis depuis le 5 novembre 2017 juste après la huitième saison de Shameless, SMILF a gagné à se faire connaitre et Showtime a déjà commandé une deuxième saison à la jeune réalisatrice, sur laquelle elle est déjà en train de travailler.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: