Les slashers signent la fin de la dictature du CDI

L’année 2018 est bien entamée, les congés se terminent avant de préparer les vacances d’été, des RTT sont pris pour partir au ski et des congés maternités s’annoncent afin de prévoir les potentiels remplaçants. Mais pour certains jeunes diplômés ou auto-entrepreneurs la réalité est bien différente. Parfois même, l’employé modèle qui reste jusqu’à 20h, rentre chez lui pour commencer la deuxième partie de sa vie, celle dont il ne parle pas au bureau, au-delà de l’aspect privé. En 2018, la réalité est aux slashers, ces personnes qui cumulent deux jobs ou plus, que ce soit en CDI et en freelance, au travers d’une auto entreprise et d’un job de serveuse, ou encore certains d’entre nous qui réalisent aujourd’hui que leur rêve ne réside pas dans le métier qu’ils font, et se décident à prendre des cours du soir pour commencer doucement ce changement de carrière.

Les slashers sont de plus en plus nombreux dans la société d’aujourd’hui. Etudes de plus en plus longues, employeurs de plus en plus exigeants, niveau de vie élevé et facultés de plus en plus onéreuses. Si les slashers ont en commun d’entretenir une relation polygame avec leur travail, les motivations ne sont pas tout le temps les mêmes et l’amour pas toujours réciproque.

Alice, 29 ans, jeune britannique installée à Paris, est slasheuse depuis 2016. Alors qu’elle essaye de vivre de son écriture, elle a tout de même voulu vivre de ses passions, et le yoga en fait partie. Prof de yoga et auteure, Alice est également DJ depuis 2017, suite à son travail pour un magazine musical et ses expériences dans le milieu de la musique. Même si elle aime ce train de vie qui permet de varier les plaisirs, “être assise pendant des heures devant son ordinateur pour écrire puis aller enseigner le yoga, ce qui veut dire, être active et bouger mon corps” parfois, gérer ces différents emplois du temps devient compliqué. Etre DJ jusqu’à 2h du matin pour un cours tôt le lendemain matin n’est pas imaginable pour elle. Même si elle a besoin de cet argent pour pouvoir réaliser son rêve, il y a certaines limites à ne pas dépasser, notamment celle de sa santé.

Alice DJ
Alice DJ lors d’une soirée à Paris. Source: @alicenicestyles / Instagram

Cependant, tous les jours ne sont pas remplis et plein de surprises. Le quotidien d’Alice comme d’autres slashers peut également s’avérer très calme. Pas de commandes, pas d’appels et très peu de motivation à se lever quand on est maitre de notre emploi du temps. Mais même si elle rêve parfois d’un job plus sécurisant, elle n’arrive pas à se faire à l’idée d’abandonner cette liberté. Et même si tous ces postes sont très différents, elle trouve toujours le moyen de lier l’utile à l’agréable, interviewer un artiste, le passer dans un club ou l’inclure dans ses playlists de yoga.

Et qu’en est-il de ces CDI-iens et leur vie cachée?

Slasher n’est pas synonyme d’instabilité et freelance. Certains cadres ou employés en CDD ou CDI ont une passion pour laquelle ils consacrent beaucoup de leur temps, en dehors des heures de bureau. Alors qu’être publiciste et auteur ne sonnent pas comme des métiers si différents, lorsque l’un vous prend environ 12h de votre journée et l’autre les 12h restantes, les deux commencent à ne plus réellement pouvoir cohabiter. Thomas est l’homme qui se cache derrière cet emploi du temps irréel. Quand ta passion te fait te lever à 6h du matin avant d’aller travailler et te fait te coucher à 3h pour finir de poser les mots d’une idée qui te trotte dans la tête, ça va au delà d’une question d’argent. La passion te permet d’allier l’utile à l’agréable. Même s’il aime son travail et que cela lui procure une stabilité financière, il ne pourrait pas abandonner son job d’auteur et les piges qu’il obtient par-ci par-là en écrivain dans quelques journaux britanniques. Les passions sont dures à abandonner, malgré le marché du travail qui ne fait que ternir les espoirs d’un jour pouvoir vivre de l’écriture ou de la peinture. En revanche, si ta passion réside dans les chiffres et la finance, tu devrais pouvoir t’en sortir.

Une réalité financière 

La réalité est telle qu’elle est: le marché de l’emploi est fermé. Fais un tour sur LinkedIn et tu verras des annonces à gogo et pour 50 candidatures, tu recevras – peut-être – une réponse négative car un autre candidat avait un meilleur profil. Pour certains, slasher est un hobbie, pour d’autres, c’est une obligation. Serveur et musicien, auteur et vendeur, certains slashers ne peuvent pas se permettre de faire ce qu’ils aiment dans la vie, ou du moins, pas entièrement. Pour eux, leur deuxième boulot est un job alimentaire qui leur permet de payer des études qui leur permettront peut être de faire de leur rêve une réalité. Mais avec les prix des universités françaises et européennes qui augmentent, un marché de l’emploi bouché et des candidatures de plus en plus longues où certains en viendraient presque à vous demander un check up sanguin complet, trouver un poste stable deviendrait presque une utopie. Auto-entrepreneurs, freelance… les postes indépendants se développent de plus en plus afin de permettre aux jeunes comme aux plus âgés de pouvoir s’en sortir financièrement et ne pas attendre qu’un employeur leur préfère un BAC +13 contre leur BAC +10.

Uber, sans forcément mettre le mot dessus, présente de nombreux slashers dans ses nouveaux postes publicitaires. Etre chauffeur Uber aujourd’hui, c’est une rentrée d’argent facile afin de préserver nos passions sur le côté et la liberté d’organiser nos journées comme on le souhaite.

Fini le CDI clé en main, maintenant, les adultes reprennent des études et les jeunes ne veulent pas s’enterrer dans un bureau tout en prenant leurs responsabilités. Que ce soit financier, passionnel ou tout simplement une histoire de caractère, les slashers font aujourd’hui partie de la société.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: