On a tous en nous quelque chose de Tommy Wiseau

Alors que Los Angeles lui a tourné le dos et après avoir essuyé des années de refus, Tommy Wiseau a décidé d’écrire lui même son film, The Room, pour montrer au reste du monde qu’il n’est pas un homme qui baisse pas les bras. Mais plus qu’un film, The Room est une révolution. Auto-produit, ce film à 6 millions de dollars n’est pas seulement un bordel sans nom, c’est également le film que l’on appelle aujourd’hui “le plus génialement nul du monde”. Tommy Wiseau n’a peur de personne.

Alors que la production ne se passe pas dans les meilleures conditions, que Tommy ne laisse aucune place à l’improvisation et que les jours commencent à s’ajouter au plan de travail, il peut tout de même compter sur le soutien de son meilleur ami, Greg Sestero, un jeune comédien qu’il a rencontré lors d’un cours de théâtre à Sans Francisco. Plus les jours avancent, plus l’équipe ne sait plus quoi penser du film sur lequel ils travaillent. Et pour cause. Tommy a écrit un film à son image: sombre, énigmatique et drôle.

Au moment de sa sortie, en 2003, Tommy sait que son film n’est pas apprécié, pas même par sa propre équipe, et redoute le regard des gens sur l’oeuvre qu’il a créé de toute pièce. Lorsque les premières images apparaissent, ce n’est pas de la déception de Tommy Wiseau entend, mais des rires! Le jeu laisse à désirer, le fond vert est très reconnaissable, les comédiens sont mal à l’aise et leurs actions n’ont aucun sens. La mise en scène de The Room est un vrai théâtre des bizarreries provenant de l’imagination de son créateur, le tout réuni sur un même écran.

I did not hit her

Cependant, la comédie n’est pas l’essence de ce film si l’on en croit le scénario. Johnny et Lisa sont fiancés et Johnny est sur le point d’avoir une promotion. Mais Lisa ne l’aime plus et tombe amoureuse de son meilleur ami Mark. Autour de ce trio vont intervenir différents personnages dont la présence et le rôle sont un levier au comique des situations dans lesquelles se retrouvent le couple.

C’est d’ailleurs à se demander si ces deux personnages sortent réellement de son imagination. Pendant l’écriture de ce scénario, Wiseau habitait avec Greg dans son appartement à Los Angeles et devait déjà vivre avec l’ambition de son jeune colocataire de devenir un grand acteur. Une ambition soutenue par sa copine, Amber, avec qui Tommy devait partager son temps avec Greg. Mais Tommy n’est pas un homme à qui on dit non.

You're tearing me apart

Malgré tout, le résultat est là: l’aspirant réalisateur s’est fait connaitre du grand public et c’est tout ce qu’il demandait. D’inconnu, il a été propulsé sous les feux des projecteurs pour être allé au bout de ses rêves et avoir travaillé d’arrache pied pour que The Room voit le jour. Le film n’a été programmé que dans quelques cinémas californiens mais il est vite devenu culte grâce à son scénario limité et ses mauvais raccords. Et Tommy n’est pas au bout de ses surprises.

Presque quinze ans après la sortie du film, James Franco décide de raconter la genèse de ce “Citizen Kane des mauvais films” et interprète le rôle du réalisateur aux côtés de son frère, Dave Franco, dans le rôle de Greg Sestero dans The Disaster Artist, basé sur le livre éponyme de Sestero lui-même et sur son histoire avec The Room.

 

The Disaster Artist sort en salles le 7 mars 2018 en France.

3 Comments

  1. The Room c’est plus qu’un film, c’est un phénomène. J’ai redécouvert son existence avec les premières promos sur The Disaster Artist. J’ai pu le voir d’abord seul, puis avec un ami et, surtout, il y a 10 jours lors d’une séance de dingues au Grand Rex avec la présence de Tommy Wiseau et Greg Sestero.
    Tout est raté dans ce film mais il en est génial, le personnage principal attachant malgré lui, c’est un film qui se vautre mais on ne lui veut pas du mal car il fait rire et transmet de la bonne humeur, surtout quand on le regarde à plusieurs.
    Mais c’est surtout au Grand Rex que j’ai compris ça. 2500 personnes étaient venues, salle comble avec de beaux guests (du YouTuber de type Inthepanda ou Antoine Daniel ou des acteurs/réalisateurs du style Michel Hazanavicius et Eric Judor), c’était surréaliste, avec tout le monde qui crie “Oh hi Mark” à l’unisson, toutes les torches de téléphone allumées en même temps dans le noir pendant les scènes érotiques, les traditionnels jets de cuillère…
    C’est là qu’on voit que c’est avant tout un phénomène qui arrive à créer une communauté, à réunir des gens, à créer une effervescence et, surtout, quelque chose de très positif. Puis bon j’ai pu avoir mes dédicaces et photos avec Tommy et Greg, ma vie est désormais accomplie.
    On a tous en effet quelque chose de Tommy Wiseau ! 😀

    1. On était à une des séances de The Room au Grand Rex et c’était incroyable! J’avais vu The Disaster Artist avant de voir The Room et chaque film se voit complété l’un dans l’autre. Maintenant, je m’attaque au livre de Greg Sestero et c’est grandiose! Merci en tout cas pour ton commentaire qui fait chaud au coeur!

    2. Ah c’est avec plaisir, quand je vois une déclaration d’amour envers The Room je me dois de lui faire honneur ahah !
      J’attends la sortie du film de James Franco et n’ai pas encore lu le livre, mais ça sera obligatoire pour améliorer la connaissance de l’oeuvre. ^^
      Maintenant c’est à nous de contaminer d’autres personnes. ^^

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: