Belletrist, une nouvelle manière de consommer la littérature

Dans les esprits et selon certains préjugés, qui dit lecture, dit nerd. Et qui dit nerd, dit adolescent boutonneux le nez plongé dans son livre du matin jusqu’au soir, même pendant le déjeuner. C’est du moins ce que les films hollywoodiens essayent de nous faire croire car aujourd’hui, le nerd boutonneux a subi quelques transformations lorsqu’en 2017, l’actrice Emma Roberts et son amie Karah Preiss ont créé Belletrist.

Belletrist
Karah Preiss et Emma Roberts. Source: @belletrist / Instagram

Derrière ce nom aux consonances mélancoliques digne de Baudelaire se cachent deux passionnées de littérature qui introduisent un nouveau livre et une librairie indépendante américaine tous les mois, ainsi que leurs dernières lectures. Une nouvelle manière de lier l’utile à l’agréable.

Le terme belletrist – en anglais – se réfère aux écrivains de belles lettres, pour qui l’esthétique est plus important que le contenu.

C’est jamais évident de trouver un bon bouquin au beau milieu d’une énorme librairie, surtout quand tout ce qu’on a pour juger son contenu ne sont que quelques lignes en quatrième de couverture et les critiques de quelques journaux. C’est donc grâce à des interviews, une jolie biographie de l’auteur ainsi qu’une description travaillée du livre que l’on découvre de nouvelles oeuvres à travers leurs yeux.

Grâce à leur site, leur blog, mais également leur compte Instagram, les deux jeunes femmes ont créé une bibliothèque virtuelle où la poussière n’a plus sa place. Avant-gardiste et contemporaine, elles remettent la lecture au gout du jour.

Belletrist books
Ce n’est que le début. Source: @belletrist / Instagram

Pour se plonger encore plus dans leur univers, chaque livre est accompagné d’une playlist Spotify avec les chansons qui ont inspiré les auteurs pendant le processus de création de leur roman. Tayari Jones, par exemple, a écouté beaucoup de disco pendant l’écriture de “An American Marriage” alors que Jill Santopolo s’est inspirée de Simon & Garfunkel et de Carbon Leaf, comme de morceaux un peu plus récents pour écrire “The Light We Lost”. Une manière de découvrir les auteurs mais également le monde dans lequel ils souhaitent nous emmener. Un peu comme une adaptation cinématographique dont nous serions en train d’écouter la bande originale. Les playlists font vivre les mots, bien plus puissantes qu’une simple quatrième de couverture.

Belletrist donne envie de lire, de découvrir des auteurs dont nous n’avons pas encore entendu parler, et surtout, de compléter notre bibliothèque quitte à ce que celle-ci soit pleine à craquer.

La sélection du mois de mars de Belletrist sera dévoilée le 6 mars 2018.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: