LA CRITIQUE D’ASHLINN – Joaquin Phoenix en tendre meurtrier dans A Beautiful Day

Malgré un cast bourré de talent et un scénario qui fait écho aux plus grands films du genre, A Beautiful Day n’aura pas eu de réception digne de ce nom dans l’hexagone. Il faut le dire, 165 000 tickets vendus, c’est assez peu.

Quatre mois après sa sortie française, c’est outre-Manche que le thriller façon Taxi Driver fait ses entrées. Une occasion de se pencher sur un espoir inaccompli et les carences derrière une affiche très prometteuse !

Projeté depuis vendredi chez les anglais, A Beautiful Day est un film psychédéliquement attachant et tragiquement perturbant. Connue pour ses films comme Kill The Day ou We Need To Talk About Kevin, la  réalisatrice britannique Lynne Ramsay nous plonge dans un monde confus et poétique avec son nouveau thriller, cette adaptation cinématographique du livre Tu n’as jamais vraiment été là de Jonathan Ames.

A Beautiful Day présente l’histoire de Joe, interprété par Joaquin Phoenix, un tueur à gages de Cincinnati qui souffre de chocs post-traumatiques après avoir passé une période difficile dans la marine Américaine. Engagé pour retrouver la jeune Nina, fille d’un sénateur, enlevée par un réseau de prostitution, Joe se retrouve très vite dans une aventure infernale perdant toutes les personnes qui l’entourent.

A Beautiful Day JP
Joe, un tueur à gages hors du commun. Source : timout.com

La cinématographie nous laisse sans voix. Les couleurs et les clichés capturés nous offrent une poésie sensationnelle.  Il y a quelque chose d’intensément émotionnel dans l’histoire qui se déroule sous nos yeux. Joaquin Phoenix développe de fil en aiguille une performance exceptionnelle.

Le film repousse les limites de l’éthique en nous dévoilant un tueur à gages tendre et aimant. A travers de multiples flashbacks, le spectateur comprend son désir de violence et son attachement démesuré pour sa mère. C’est également un personnage constamment divisé entre un désir de simplicité et une torture interne qui le poussent à plusieurs reprise à flirter avec des envies suicidaires.

La brillante Ekaterina Samsonov s’approprie à merveille le rôle de Nina et nous présente une jeune fille sociopathe borderline qui essaye désespérément de se débarrasser de ses émotions. Elle ne semble s’attacher à personne, si ce n’est à Joe qui tente de la retrouver. Un rôle difficile à jouer pour cette jeune fille, mais Samsonov y arrive avec brio et talent. Judith Roberts joue la mère de Joe et nous offre le portrait d’une mère aimante et fragile.

A Beautiful Day
Affiche du film A Beautiful Day de Lynne Ramsay

Il arrive cependant que par moment, le film manque de clarté. Tandis que les images et le jeu d’acteur nous font absolument rêver, le fil conducteur de l’histoire semble se perdre à travers une narration parfois floue. Ils manquent certains détails pour comprendre une partie des intrigues qui restent parfois non résolues.

Néanmoins, A Beautiful Day est, et reste, un chef d’oeuvre cinématographique de toute beauté. Présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2017, il a remporté le prix du scénario pendant que Joaquin Phoenix a reçu le prix d’interprétation masculine.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: