Girls Incarcerated, un appel au secours au féminin

Ca n’est jamais facile de grandir dans une famille détruite par la drogue ou l’alcoolisme. De devoir changer de foyer toutes les deux semaines parce que nos parents ne peuvent pas prendre soin de nous. Il arrive d’ailleurs que certains adolescents décident de suivre le même chemin que leurs parents. Que ce soit pour chercher un moyen de se rattacher à eux ou justement leur faire payer leurs erreurs, ces enfants savent exactement à quoi ressemble leur destin. Et qu’en est-il quand ces enfants sont de jeunes adolescentes qui finissent derrière les barreaux ?

Netflix a décidé de raconter l’histoire de ces jeunes filles que la vie a rattrapé suite à de mauvais choix et de mauvaises fréquentations. Dans Girls Incarcerated, les caméras suivent le quotidien de jeunes filles mineures en centre correctionnel dans la ville de Madison, Wisconsin.

894033e1e7e53eab-2048x1024.png
Najwa Pollard, 16 ans, est derrière les barreaux depuis ses 14 ans. Elle ne peut sortir car elle n’a personne pour venir la chercher et l’accueillir. Source : The Daily Dot

Drogues, prostitution, vol à main armée, abandon parental, la prison pour mineures de Madison est là pour remettre ces adolescentes dans le droit chemin. Leur faire comprendre la différence entre le bien et le mal. En prenant peu à peu conscience de leurs erreurs, elles évoluent dans un centre où elles bénéficient d’une éducation et peuvent même obtenir leur diplôme. Grâce à un système de récompenses, et même si celles-ci les mènent à donner le meilleur d’elles-mêmes, ces filles sont tout de même dans la provocation et en constante compétition. Les filles en violet peuvent gagner leur tee-shirt bordeaux dès qu’elles se comportent mieux. Elles peuvent évidemment perdre ce privilège aussi vite qu’elles l’ont gagné.

Au moment de leur arrestation, en fonction de leur crime, elles ont une date de sortie pré-établie qui peut changer en fonction de leur comportement. Encore très jeunes, la plupart d’entre elles ne rêvent que d’une chose : rentrer à la maison. Elles font néanmoins tout pour ne pas voir leur date de libération s’éloigner d’elles. Mais une fois la date butoir en vue, elles ne peuvent s’empêcher d’agir comme si rien de tout ça ne leur était arrivé.

Girls Incarcerated.png
Certaines d’entre elles trouvent même l’amour, ce qui leur permet de rester dans le droit chemin pour se retrouver à leur sortie. Source : @girlsincarcerated / Instagram

Odieuses, loin de respecter les règles, de mauvaises humeurs, elles se croient invincibles. Ou peut-être au contraire, elles commencent à réaliser qu’en dehors de ces murs, la vie va les rattraper. Tout comme leurs vieux démons. Certaines sont recherchées, d’autres n’ont plus de famille. Une chose est sûre, à l’intérieur de la prison, elles sont protégées. A presque dix-huit ans, ces filles ont peur de ce qui les attend dehors. Des mauvaises fréquentations qui les attendent une fois leur sentence finie. Ne vaudrait-il mieux pas mal se conduire pour éviter de se retrouver dehors sans aucune assurance de survivre plus de quelques mois ?

Ces filles ont vécu bien plus qu’elles auraient dû avant même d’atteindre leur majorité. Menaces de mort, prise d’otage, drogues dures à l’âge de quinze ans, ces jeunes filles ne devraient jamais avoir vécu ce pour quoi elles ont été arrêtées.

En huit épisodes, cette série documentaire se concentre donc sur ces jeunes filles auxquelles le spectateur s’attache très vite. La plupart d’entre elles ont été abandonnées par leur père très jeunes ou même abusées par un des hommes de leur famille. Elles vivent donc avec une mère dont elles refusent l’autorité.

Girls Incarcerated nous présente des filles très proches de leur conseillère en psychologie, Jacie Minnick, à qui elles peuvent se confier et vers qui se tourner pour demander de l’aide. Elles peuvent même parler au personnel de la prison quand elles respectent les règles. Brianna Guerra, Paige McAtee, Heidi Lankin, Aubrey Wilson, Sarah Maxwell et Najwa Pollard ainsi que les autres sont passées devant les caméras pour parler de leurs erreurs et de leur vie sous les barreaux.

Evidemment, toutes les histoires sont différentes. La jeune Taryn Twine n’a pas été emprisonnée contre son gré. Bien au contraire. Culpabilisant d’avoir tué une de ses meilleures amies lors d’un accident de voiture après une soirée, elle a décidé d’aller à Madison pour se punir. Même si la famille de son amie lui a pardonné – elle n’avait même pas bu – elle a décidé de rentrer chez elle seulement quand elle se sentirait mieux avec elle-même.

Au travers de ces images, cette série documentaire nous dévoile qui se cache derrière ces masques que ces jeunes filles utilisent pour se protéger. Car derrière cette agressivité protectrice, ce sont des ados comme les autres. Elles aiment toutes se coiffer et se maquiller, elles aiment s’instruire et participer à des talentn shows, comme elles auraient dû le faire si elle n’étaient pas incarcérées loin de leurs amies et leur famille.

Brianna Guerra.png
Brianna Guerra après sa sortie de Madison. Source : @therealbriannag / Instagram

La prison aide certaines de ces adolescentes à retourner dans le droit chemin mais parfois retarde l’échéance. Le moment où ce n’est pas en centre correctionnel, mais en prison pour adultes qu’elle se retrouveront. Aujourd’hui, la plupart d’entre elles sont libres pendant que d’autres ont pris leur place. Le chemin est encore long pour atteindre le droit chemin, mais ces jeunes filles ont plus de force qu’on peut l’imaginer.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: