INTERVIEW – Alexia Gredy part à la recherche d’elle-même à travers un EP tendre et émotif

Propulsée au devant de la scène française avec son morceau “Paradis”, Alexia Gredy incarne la légèreté et la pureté à travers une voix innocente et sans défaut. Parmi plusieurs éléments de sa vie privée, un “rêveur” qui se cache au milieu de sa chanson éponyme, la jeune alsacienne nous révèle ses idéaux dans son EP “L’habitude”. Un peu comme un puzzle qu’elle essaye d’assembler, Alexia Gredy nous s’offre un travail sur elle-même. Une véritable introspection en musique.

Protégée du groupe Aline, elle a également travaillé avec différents réalisateurs. Baxter Dury a réalisé “Mon Rêveur” et “L’habitude”, morceau qu’elle a retravaillé avec Goeff Barrow. Dodi El Sherbini a, lui, réalisé le morceau “Diabolo Menthe”. Elle a également travaillé avec Alf.

D’aspirante avocate à l’âge de 18 ans à chanteuse de talent, Alexia Gredy se dévoile dans une interview touchante et sans artifice.

Farouche : Quand as-tu commencer à chanter ? 

Alexia Gredy : J’ai commencé à chanter assez tard, pendant mes études de droit. Je venais d’arriver à Paris et j’étais assez seule dans ma petite chambre étudiante de l’époque. C’est dans cet environnement que j’ai commencé à écrire.

Comment composes-tu tes morceaux ? 

A.G. : Souvent à la guitare ou au clavier. J’aime bien essayer de changer d’instrument et éviter d’avoir une routine. En réalité, j’ai commencé par écrire des chansons en anglais. Un peu par pudeur parce que je n’avais pas vraiment envie qu’on me comprenne. C’était aussi une recherche de mélodies. Mais je me suis vite sentie limitée par la langue. J’étais incapable de raconter des histoires avec les nuances que je voulais. Ma première chanson, “Paradis”, est arrivée un peu comme un déclic.

Quelles sont tes inspirations ? 

A.G. : Je crois que ce qui m’inspire le plus ce sont les films et la vie de tous les jours. Des visages inconnus et les histoires qu’on peut s’inventer. J’écoute beaucoup de bande originales de films en ce moment.

Quel est le processus derrière le clip de “L’habitude” ? Ce sont de petites vidéos qui découpent la chanson “Paradis” en plusieurs morceaux comme une sorte d’histoire pour suivre tes aventures.

A.G. : Avant la sortie du clip de “Paradis”, on a posté quelques rushes qui n’ont pas été gardé au montage pour l’annoncer. C’était par exemple quelques secondes d’attente à la station-service avant d’arriver sur le circuit des 24 heures du Mans où le clip a été tourné, rien de bien réfléchi juste des petits moments dont on ne s’est pas servi.

Quel message souhaites-tu faire passer à travers tes morceaux? 

A. G. : Je ne sais pas s’il y a réellement un message. Je suis ravie si la personne qui écoute ressent des émotions, s’approprie la chanson, quitte à chanter des paroles complètement différentes.

Pourrais-tu dire que chaque chanson est une facette de ta personnalité ? 

A. G. : Je ne sais pas si chaque chanson est une facette de ma personnalité. En revanche, il y a un coté de moi plus léger, plus pop dans “Paradis” et un autre plus solitaire, plus sombre dans “L’habitude”. Comme chez tout le monde j’imagine.
191016_AG_Romain&Virgile_6964.jpg
Alexia Gredy – Photo : Romain Mayoussier et Virgile Guinard
 

Le titre “Diabolo Menthe” se détache beaucoup des autres, dans un style très année 80-90, qui rappelle Indochine. On sent également une certaine nostalgie, à travers la musique et le titre. Le diabolo menthe est une boisson qu’on boit surtout quand on est enfants. Quel est le secret ou le souvenir derrière cette chanson? 

A.G. : J’aimais beaucoup cette chanson d’Yves Simon et le film qu’elle accompagne. C’est une chanson qui parle du passage de l’adolescence à l’âge adulte et c’est à ce moment-là que j’ai commencé à écrire des chansons. Pour moi ça faisait sens de la reprendre.

“L’habitude” pourrait très bien être la bande originale d’un film, comme posée sur un flashback. As-tu déjà pensé/voulu travailler sur la bande originale d’un film?

A.G. : J’adorerais. Ce que j’aime le plus quand j’écris une chanson c’est poser un décor. Donc l’idée d’écrire une chanson pour habiller des images existantes, ça doit être très excitant.
 

Prévois-tu un album bientôt ?

A.G. : Je travaille en ce moment sur un album mais je ne sais pas encore sous quelle forme les chansons sortiront. J’attends d’abord de toutes les avoir enregistrées.
 

Avec qui aimerais-tu travailler ou faire un featuring ?

A.G. : Si on a le droit de rêver, avec Damon Albarn, pour ne citer que lui. J’aime beaucoup sa façon de se réinventer à chaque fois et de ne jamais mettre de barrière entre ses différents styles musicaux.
 

Quels sont tes prochains projets ? 

On a travaillé sur des remix des chansons de l’EP qui vont bientôt sortir. Certaines sont devenues des chansons presque complètement différentes, j’ai hâte !

Et nous aussi ! Ecouter Alexia Gredy nous permet d’oublier nos soucis du quotidien et se plonger dans son univers. Celui d’une jeune femme aux nombreux rêves, sur le point de devenir réalité.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: