LA CRITIQUE D’ASHLINN – Joaquin Phoenix revient dans Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot, mais cette fois, en dessinateur plutôt animé !

 

On a pu admirer son travail dans Will Hunting en 1997, ou encore Harvey Milk en 2008. Et oui, Gus Van Sant revient en force avec un nouveau film. Expert des personnages à caractère fort, et après avoir laissé le film dans les tiroirs depuis 1989, il nous offre cette année un Joaquin Phoenix dans la peau d’un caricaturiste tétraplégique dans Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot.

Ce film se base sur une histoire vraie et raconte la vie de John Callahan, un caricaturiste et dessinateur de bandes dessinées originaire de Portland, Oregon. Ville où le réalisateur a lui même vécu de longues années.

Gus Van Sant affiche
Affiche du film. Source : @dontworrymovie / Instagram

John Callahan, mort en 2010 et alcoolique depuis ses 13 ans, est devenu tétraplégique après un grave accident de voiture lorsqu’il n’avait que 21 ans. Le film raconte ainsi son parcours à la suite de l’accident.

Après son accident, Callahan trouve thérapie et confort dans le dessin. Il tient son feutre du bout de ses doigts et met sur papier un humour noir qu’il semble porter à l’intérieur de lui. Le titre du film fait d’ailleurs lui-même référence à l’un des dessins de ce personnage énigmatique.

Callahan.png
« Don’t worry, he wont get far on foot ! » de Callahan. Source : lewisbuilds.com

Joaquin Phoenix, caméléon du cinéma, nous offre encore une fois et sans surprise, un portrait sensationnel en incarnant le personnage de Callahan. Etant lui-même grandement inspiré par l’histoire du dessinateur, il met son cœur et son âme pour nous dévoiler un personnage plus réel et présent que jamais.

A ses côtés, on retrouve également Jonah Hill dans le rôle de son guide spirituel, gourou des années 70 avec une barbe digne de celle du Christ. Chez les Alcooliques Anonymes, il tente lui aussi tant bien que mal de combattre ses démons.

Rooney Mara se joint au casting du film dans le rôle de Annu, la femme dont Callahan semble être amoureux. Jack Black y a lui aussi trouvé sa place et y tient le rôle du compagnon de beuverie de Callahan le soir de l’accident.

Don't worry cast.png
Jonah Hill, Gus Van Sant et Joaquin Phoenix. Source : @dontworrythemovie / Instagram

Don’t Worry, He Won’t Get Far On Foot raconte une histoire touchante, nous présentant un anti-héro surprenant et amusant. En parcourant sa vie avec lui, le spectateur apprend par conséquent à l’aimer. Gus Van Sant semble s’être surpasser une nouvelle fois en nous présentant, à sa manière, ce personnage emblématique de Portland.

Malheureusement, les critiques semblent être partagées entre la douceur, l’humour et la sympathie que ce film dégage. Cela serait le résultat d’un manque apparent d’articulation dans le montage du film et pour certains, d’une difficulté à s’attacher au  personnage. Résultant de cela, un désordre, qui pourrait également être la marque de fabrique du film.

Cependant, pour finir sur une note positive, Beth Ditto y fait sa deuxième apparition au cinéma, après un second rôle dans Nocturnal Animals, réalisé par Tom Ford. Et surtout, on retient que le film sort dans les salles de France aujourd’hui, alors on se dépêche, on y court et on retourne aimer et adorer notre chouchou Joaquin Phoenix !!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: