Spike Lee part à la chasse du Ku Klux Klan dans son dernier film présenté à Cannes

Il était temps qu’on parle un peu de Cannes. Et c’est Spike Lee qui attire notre attention avec BlacKkKlansman, un film inspiré de la vie de Ron Stallworth, le premier officier de police noir du Colorado Springs Police Department. Le réalisateur dénonce la situation politique américaine du début des années 70, notamment le fardeau que représente le Ku Klux Klan, cette secte suprémaciste blanche créée en 1865 aux Etats-Unis.

BlacKkKlansman raconte donc l’arrivée de Ron Stallworth dans son nouveau commissariat, et qui, après un accueil assez glacial de la part de ses collègues, décide de montrer ce qu’il vaut en prenant contact avec le Ku Klux Klan dans le but de l’infiltrer. Mais il y a un problème : Ron est noir. Alors quand il dit à David Duke, l’un des responsables du Klan qu’il est blanc et profondément raciste, il lui faut trouver un moyen pour qu’il garde leur confiance sans ne jamais les rencontrer.

Spike Lee.png
Spike Lee au Festival de Cannes 2018. Source : @blackkklansman / Instagram

L’action se déroule donc au début des années 70, au moment où les Etats-Unis voient se multiplier les manifestations pour faire valoir leurs droits civiques. Les émeutes se succèdent, les quartiers sont divisés en fonction de la couleur de peau et des organisations politiques comme la Black Panther Party qui voit ses membres se déployer. La scission est forte, mais Ron veut montrer que sa couleur de peau ne l’empêche pas d’être un bon flic. Quand le Ku Klux Klan apparait dans les journaux, il sait qu’il veut être le flic qui dénoncera leurs actions.

Mais ce qui devait arriver, arriva. Après plusieurs appels et de nombreuses discussions avec Duke, Ron se voit convié à l’une de leurs cérémonies. Cependant, sa couleur de peau risque d’être un problème pour la suite de l’investigation. C’est donc son collègue Flip Zimmerman, qui va se faire passer pour lui et rencontrer Duke à plusieurs reprises afin de mener à bien la mission et infiltrer le Ku Klux Klan. Notons néanmoins que Flip est juif et craint de se faire démasquer. Angoisses, mensonges, enquêtes et politique, voilà les enjeux du nouveau film du génie qu’est Spike Lee.

Produit par le réalisateur de Get Out, Jordan Peele, cette comédie historique est portée par John David Washington dans le rôle de Ron Stallworth mais également Adam Driver qui interprète son collègue Flip Zimmerman. Dans le camp adverse, Topher Grace, plus connu pour avoir jouer Eric Forman pendant huit ans dans la sitcom That 70s Show, incarne un des dirigeants du Ku Klux Klan, David Duke.

Blackkklansman cannes.png
L’équipe de BlacKkKlansman à Cannes en mai 2018. Source : @blackkklansman / Instagram

C’est la sixième fois que Spike Lee voit un de ses films en compétition à Cannes. En 1989, le réalisateur est d’ailleurs passé à côté de la Palme d’Or pour son film Do The Right Thing. Palme qui est revenue à Steven Soderbergh pour Sexe, Mensonges et Vidéo. Cependant, le 14 mai dernier, suite à la projection de BlacKkKlansman, l’audience s’est levée pour entamer une ovation de plus de dix minutes. Well done Mr. Lee !

Le film sort le 10 août aux États-Unis et le 22 août en France. On a donc intérêt à ne pas rentrer trop tard de vacances pour pouvoir être dès la première semaine dans les salles de cinéma.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: